Dépendance au Prosom - Comment surmonter le sevrage de l'estazolam | Clinique Dr Vorobjev
  • Srpski jezik
  • Engleski jezik
  • Francuski jezik
  • Nemački jezik
  • Ruski jezik
  • Španski jezik
  • Italijanski jezik
  • Bugarski jezik
  • Grčki jezik
  • Araapski jezik
  • Iranski jezik
  • Albanski jezik
Menu
Menu

septembre 10, 2021

L’estazolam

L’estazolam est un médicament benzodiazépine délivré sur ordonnance, également connu sous le nom de marque Prosom. Ce médicament est utilisé comme traitement à court terme de l’insomnie, car il aide les utilisateurs à s’endormir et à maintenir leur sommeil. Il ne doit être pris que sur prescription médicale, sinon l’utilisateur risque de développer une dépendance.

Cet article vous renseignera sur les symptômes et les signes comportementaux associés à l’abus de Prosom et vous aidera à reconnaître les signes d’overdose de benzodiazépine. Vous en saurez aussi plus sur un traitement de la dépendance à l’estazolam permet une désintoxication en toute sécurité.

Qu’est-ce que l’estazolam (Prosom) et pourquoi crée-t-il une dépendance ?

L’estazolam est une benzodiazépine réglementée qui est prescrite à court terme pour aider à résoudre les problèmes de sommeil. C’est à la fois un hypnotique et un sédatif avec des propriétés myorelaxantes, anxiolytiques (anti-anxiété) et anticonvulsivantes. Son nom de marque populaire Prosom n’est plus disponible aux États-Unis, mais d’autres pays prescrivent encore l’estazolam sous leur propre marque. 

Comme les autres benzodiazépines, l’estazolam agit en activant les récepteurs GABA (acide gamma-aminobutyrique) dans le cerveau, ce qui favorise la relaxation, le calme et le sommeil, en diminuant l’activité du système nerveux central. Lorsqu’il est pris à des doses plus élevées ou de manière incorrecte, l’estazolam peut provoquer un « high » qui génère des sensations d’euphorie. Ces sensations euphoriques peuvent contribuer au potentiel de dépendance du médicament.

Même les personnes qui utilisent l’estazolam correctement courent le risque de devenir dépendantes, mais la probabilité est beaucoup plus grande pour celles qui l’utilisent de manière incorrecte ou récréative. La dépendance se développer souvent après qu’un utilisateur ait développé une tolérance au médicament, c’est-à-dire lorsqu’il doit prendre des doses de plus en plus fortes pour ressentir les mêmes effets.

Une femme prend une pilule d'estazolam avant de se coucher pour lutter contre son insomnie.

Lorsqu’une personne prend du Prosom à des doses plus élevées, plus fréquemment ou pendant une période plus longue que prescrit, elle risque de développer une dépendance, ce qui signifie qu’elle a besoin de Prosom pour fonctionner normalement. À ce stade, elle est physiquement et psychiquement dépendante de l’estazolam et peut en abuser. Si elle continue sur cette voie, elle peut développer une grave addiction.

Termes pharmaceutiques et argotiques pour l’estazolam

Le Prosom est la marque la plus couramment utiliséz pour désigner l’estazolam, mais d’autres marques sont populaires dans le monde, comme Esilgan, Eurodin et Nuctalon. Le Prosom est un médicament oral qui se présente sous la forme d’une pilule en forme de huit ou à quatre côtés, de couleur blanche ou orange. Les versions génériques de ce médicament et les autres noms de marque peuvent avoir une apparence différente.

Le Prosom n’étant pas extrêmement connu, il n’existe pas de terme argotique qui lui soit associé. Les termes argotiques utilisés pour désigner la classe des benzodiazépines dans son ensemble peuvent aussi être utilisés pour désigner l’estazolam, par exemple « benzos », « blues », « downers » et « tranks ».

Signes et symptômes de la dépendance à l’estazolam (Prosom)

Une femme souffrant d'étourdissements, de dépression et d'autres symptômes désagréables à la suite d'une dépendance au Prosom.

L’estazolam peut provoquer des effets secondaires désagréables, même lorsqu’il est utilisé conformément aux instructions. Quelques effets secondaires communs du Prosom sont la somnolence, les maux de tête, la faiblesse, les vertiges, la « gueule de bois » et une mauvaise coordination.

L’abus d’estazolam peut intensifier ces effets secondaires et entraîner d’autres symptômes physiques et psychiques indésirables. Les personnes qui abusent de l’estazolam ou d’une autre benzodiazépine pendant de longues périodes peuvent même présenter un risque plus élevé de développer la maladie d’Alzheimer ou d’autres troubles de la mémoire.

Une personne souffrant d’une dépendance au Prosom peut présenter les symptômes suivants :

  • Irritabilité
  • Cauchemars et somnambulisme
  • Modification des habitudes de sommeil
  • Dépression (nouvelle ou aggravée) et anxiété 
  • Gueule de bois fréquente
  • Vertiges et confusion mentale
  • Coordination anormalement faible
  • Pertes de mémoire
  • Faiblesse et somnolence
  • Troubles de l’élocution
  • Maux de tête
  • Problèmes intestinaux

Les personnes dépendantes de l’estazolam peuvent aussi manifester des comportements étranges ou inhabituels. Si vous ou l’un de vos proches présentez les signes comportementaux suivants associés à l’abus de benzodiazépines, il se peut que vous ayez développé une dépendance :

  1. S’adresser à plusieurs médecins pour obtenir plusieurs ordonnances d’estazolam (« doctor shopping » ou nomadisme médical), ou tenter de se le procurer illégalement.
  2. Prendre de l’estazolam de manière incorrecte (à des doses plus élevées, plus fréquemment ou plus longtemps que ce que le médecin a prescrit), ou le prendre de manière récréative ou en association avec d’autres substances.
  3. Avoir des problèmes à la maison, à l’école et sur le lieu de travail suite à la négligence des responsabilités ou à des comportements inacceptables.
  4. Continuer à prendre de l’estazolam malgré les effets négatifs qu’il a sur la santé, la qualité de vie et les relations personnelles.
  5. Tenter plusieurs fois sans succès d’arrêter de prendre de l’estazolam et présenter des symptômes de sevrage lors des tentatives d’arrêt. 

Chacun vit la dépendance différemment, et les signes et symptômes que chaque individu présente varient. Si vous pensez que vous ou un de vos proches souffrez d’une dépendance à l’estazolam, vous pouvez obtenir de l’aide.

Contactez-nous dès aujourd’hui pour obtenir de l’aide et gérer les symptômes de la dépendance à l’estazolam>>>

Overdose d’estazolam (Prosom)

Une overdose peut se produire lorsqu’un utilisateur prend trop d’estazolam. C’est souvent considéré comme le risque le plus dangereux lié à l’abus d’estazolam, car une overdose peut être fatale. Plus les doses d’estazolam sont élevées, plus le danger augmente. Le danger est encore plus grand lorsque le Prosom est mélangé à d’autres dépresseurs du système nerveux central comme l’alcool, les opioïdes ou d’autres benzodiazépines, car le risque d’overdose augmente alors de façon exponentielle.

 Voici les principaux symptômes d’overdose de benzodiazépine:

  • Élocution extrêmement difficile
  • Somnolence intense et désorientation
  • Absence de réaction et perte de conscience
  • Ralentissement du rythme cardiaque 
  • Fonction respiratoire gravement réduite
  • Coma
  • Décès

La quantité d’estazolam qui entraîne une overdose dépend de plusieurs facteurs dont la tolérance de la personne au médicament, son poids, son âge, son état de santé général, son profil génétique, etc. L’estazolam ne doit être pris que selon la prescription de votre médecin et ne doit jamais être mélangé à d’autres substances sans l’accord d’un professionnel de la santé. Si vous pensez que vous ou un proche faites une overdose d’estazolam, contactez immédiatement les services médicaux d’urgence.

Traitement de la dépendance à l’estazolam (Prosom)

Il y a plusieurs options pour surmonter le sevrage de l’estazolam et traiter la dépendance. Si un utilisateur qui prend de l’estazolam comme prescrit soupçonne qu’il développe une dépendance, il peut en parler à son médecin et établir un plan pour se sevrer lentement du médicament avec des doses progressivement plus faibles.

Il est souvent recommandé de suivre un traitement en milieu hospitalier dans un établissement spécialisé dans le traitement de la toxicomanie, car les symptômes de sevrage de l’estazolam peuvent être très inconfortables et conduire à de nombreuses rechutes chez les utilisateurs. De plus, le sevrage des benzodiazépines peut être dangereux et même entraîner des convulsions pouvant être fatales.

Le fait de suivre une cure de désintoxication dans un établissement médical garantit au patient le meilleur confort et la meilleure sécurité possibles. De plus, le traitement en milieu hospitalier aide le patient à se détacher de la drogue dans un environnement contrôlé et lui permet aussi de bénéficier d’une thérapie et d’un soutien psychologique pour faire face aux problèmes sous-jacents qui alimentent sa dépendance.

Un expert médical recueillant des informations diagnostiques sur la santé d'un patient en traitement de l’addiction.

Le traitement de la dépendance aux benzodiazépines comprendra idéalement un diagnostic, une désintoxication et une thérapie. Pendant le diagnostic, les experts médicaux effectuent des tests et recueillent des données pour déterminer le niveau de dépendance du patient et son état de santé général. Au cours de la désintoxication, l’estazolam sera éliminé de l’organisme du patient au fil du temps afin d’éviter bon nombre des symptômes les plus aigus du sevrage.

La thérapie de la dépendance mentale est une partie très importante du processus de traitement, car elle permet au patient de mieux comprendre sa dépendance et de résoudre ses problèmes psychologiques avec l’aide d’un thérapeute. Elle consiste à aider les patients à adopter des mécanismes d’adaptation plus sains et de meilleures façons de traiter leur insomnie afin qu’ils ne recommencent pas à utiliser l’estazolam.

La durée de la désintoxication et du traitement varie en fonction de la personne et de facteurs tels que la gravité de la dépendance, l’état de santé général et les systèmes de soutien existants. Bien que la dépendance puisse être le combat de toute une vie, elle ne doit pas être combattue seule.

Nous sommes là pour vous aider. Contactez-nous dès aujourd’hui pour obtenir une consultation gratuite en ligne afin d’en savoir plus sur les options de traitement de la dépendance à l’estazolam et discuter des différents résultats avec un expert de la clinique >>>

Questions fréquemment posées 

Pourquoi l’estazolam (Prosom) crée-t-il une dépendance ?

Lorsqu’un utilisateur de Prosom développe une tolérance, il peut être tenté de prendre des doses de plus en plus fortes du médicament pour ressentir les mêmes effets. Si le Prosom est pris à des doses plus élevées, pendant des périodes plus longues ou plus fréquemment que prescrit, l’utilisateur peut développer une dépendance à la drogue au fil du temps, car le corps commence à être tributaire du Prosom pour fonctionner normalement. Si la dépendance à la drogue n’est pas traitée, une réelle addiction peut se développer. Les personnes qui utilisent du Prosom à des fins récréatives ou associé à d’autres substances risquent aussi de développer une addiction.

Quels sont les signes et les symptômes de la dépendance à l’estazolam (Prosom) ?

La dépendance à l’estazolam peut entraîner des symptômes physiques et psychiques désagréables tels que de la somnolence extrême, de l’irritabilité, du somnambulisme, une dépression nouvelle ou aggravée et de l’anxiété, des troubles de la mémoire, une mauvaise coordination, des maux de tête, etc. Une personne dépendante de l’estazolam peut aussi présenter des signes comportementaux inhabituels, comme le nomadisme médical (« doctor shopping ») pour des ordonnances, de la négligence vis-à-vis des responsabilités et des relations, la prise d’estazolam de manière incorrecte ou récréative, ou le maintien de la consommation malgré les effets négatifs sur la qualité de vie.

Comment puis-je arrêter de prendre de l’estazolam (Prosom) ?

Suivre un traitement de la dépendance dans un centre de traitement interne rend le processus plus sûr et plus confortable. Le traitement en milieu hospitalier propose un diagnostic pour déterminer l’état de santé et de dépendance, une désintoxication pour éliminer le médicament de l’organisme et une thérapie pour traiter les problèmes sous-jacents. La thérapie et l’éducation à la dépendance aident le patient à adopter des mécanismes d’adaptation plus sains et lui apprennent à gérer son insomnie sans l’aide de l’estazolam.

Publié le septembre 10, 2021
par l’équipe de la Clinique Dr Vorobjev

Clinique pour les dépendances Dr Vorobjev

Le contrôle de votre vie et des attentes réelles de vos défis quotidiens sont essentiels pour réduire le stress.

— Josh Billings

Derniers articles du blog

  • Désintoxication à l’héroïne – Reprenez le contrôle de votre vie!

    Désintoxication à l’héroïne – Reprenez le contrôle de votre vie!

    La désintoxication à l’héroïne est une étape très importante dans le traitement des toxicomanes. L’héroïne est la plus ancienne substance psychoactive connue. Même les Sumériens consommaient du pavot, à partir duquel est obtenue l’héroïne. L’effet initial qu’elle procure est indiqué par son nom lui-même, qui littéralement en leur langue signifie “bonheur”. Le pouvoir magique du

    Lire plus
  • Dépendance à Internet – Une maladie des temps modernes

    Dépendance à Internet – Une maladie des temps modernes

    La dépendance à Internet est une maladie des temps modernes. Le XXIème siècle est caractérisé par les téléphones portables, Internet et les réseaux sociaux. Certes, ils nous ont beaucoup facilités la vie. En un seul clic, nous pouvons trouver les informations dont nous avons besoin. Nous effectuons maintenant nos tâches professionnelles même en dehors du

    Lire plus
Call Now Button