Dépendance et abus d'eszopiclone - Traiter la dépendance au Lunesta | Clinique Dr Vorobjev
  • Srpski jezik
  • Engleski jezik
  • Francuski jezik
  • Nemački jezik
  • Ruski jezik
  • Španski jezik
  • Italijanski jezik
  • Bugarski jezik
  • Grčki jezik
  • Araapski jezik
  • Iranski jezik
  • Albanski jezik
Menu
Menu

septembre 10, 2021

Lunesta

L’eszopiclone est un médicament sur ordonnance plus connu sous le nom de marque Lunesta. Ce médicament est utilisé pour traiter les troubles du sommeil, comme l’insomnie, en agissant sur le système nerveux central pour inhiber certains signaux cérébraux, produisant ainsi un effet relaxant. Bien que les effets du Lunesta soient semblables à ceux des benzodiazépines, il fait partie d’une autre classe de médicaments appelés sédatifs-hypnotiques, ou parfois « médicaments Z » ou « non-benzodiazépines ».

Cet article vous renseignera sur les symptômes et les signes comportementaux associés à l’abus de Lunesta et vous aidera à mieux comprendre les risques liés à une overdose. Vous découvrirez aussi une option de traitement de la dépendance à l’eszopiclone destinée à prévenir les rechutes et à soutenir une sobriété à long terme.

Qu’est-ce que l’eszopiclone (Lunesta) et pourquoi crée-t-elle une dépendance ?

L’eszopiclone est un médicament réglementé prescrit pour les troubles de sommeil. On pense que le Lunesta agit en activant les récepteurs GABA (acide gamma-aminobutyrique) dans le cerveau, ce qui diminue l’activité du système nerveux central. Cela peut favoriser la relaxation et le sommeil, mais à des doses plus élevées, le Lunesta peut aussi produire un effet euphorique ou « high ». 

Le Lunesta n’est habituellement prescrit que pour une utilisation à court terme et est généralement considéré comme présentant un risque d’accoutumance plus faible que celui des benzodiazépines, mais cela peut donner un faux sentiment de sécurité. Il est toujours possible de devenir dépendant au Lunesta, et les personnes qui en font un usage incorrect ou récréatif sont plus susceptibles de rencontrer des problèmes d’abus ou de dépendance. L’utilisation incorrecte peut inclure la prise de doses plus élevées, plus fréquentes ou à plus long terme que celles recommandées. Les signes d’un usage récréatif peuvent comprendre l’utilisation d’une méthode de consommation alternative comme écraser et renifler les cachets, mélanger le Lunesta avec d’autres substances comme l’alcool ou les opioïdes, ou simplement le prendre alors qu’il n’a pas été prescrit. 

En cas d’utilisation incorrecte ou récréative, l’utilisateur peut développer une tolérance au médicament, ce qui veut dire qu’il doit prendre des doses de plus en plus élevées pour ressentir les mêmes effets. Une fois que l’organisme et l’esprit sont habitués à la présence de Lunesta, il peut être difficile de s’en passer, ce qui conduit à une dépendance au médicament.

Une poignée de cachets de Lunesta.

Une fois qu’une dépendance s’installe et que le médicament est consommé de façon continue, une addiction grave peut se développer. Les personnes qui risquent le plus de développer une dépendance sont celles qui tentent d’utiliser le Lunesta pour traiter leur insomnie à long terme, ainsi que celles qui en ont un usage récréatif. 

Termes pharmaceutiques et argotiques pour l’eszopiclone

Lunesta est de loin le terme le plus couramment utilisé pour désigner l’eszopiclone, car c’est le seul nom de marque qui lui est associé. Le Lunesta est un médicament oral qui se présente sous la forme de cachets circulaires de couleur bleue ou blanche et qui est disponible en différentes concentrations. L’eszopiclone est aussi vendue sous une forme générique, celle-ci pouvant être fort semblable à celle des cachets de la marque.

Comme d’autres médicaments de sa catégorie, le Lunesta peut être désigné par des termes d’argot comme « zombies », « pilules zombies », « pilules z », « sleepers » et « sleepeasy ». Les termes argotiques qui sont utilisés pour désigner les somnifères dans un sens plus général peuvent aussi s’appliquer au Lunesta, notamment « rope », « R2 », et « Roche ».

Symptômes et signes de dépendance à l’eszopiclone (Lunesta)

Les personnes souffrant d'une dépendance au Lunesta peuvent ressentir des symptômes physiques et psychologiques pénibles.

La dépendance à l’eszopiclone et son abus peuvent entraîner des symptômes physiques indésirables qui vont au-delà des effets secondaires normaux. En raison de son action psychotrope, le Lunesta peut aussi entraîner de nombreux symptômes de nature psychologique. Même ceux qui utilisent le Lunesta comme prescrit ont signalé avoir subi des pertes de mémoire ou des cas extrêmes de somnambulisme.

Une personne souffrant d’une dépendance au Lunesta peut présenter les symptômes suivants :

  • Changements cognitifs à long terme
  • Troubles de la mémoire et amnésie
  • Dépression (nouvelle ou aggravée) et anxiété
  • Pensées suicidaires
  • Hallucinations et paranoïa
  • Augmentation de la fatigue
  • Maux de tête
  • Dommages au foie et aux reins

Les personnes qui abusent du Lunesta peuvent aussi adopter un comportement étrange ou inhabituel, et leurs proches peuvent remarquer que quelque chose ne va pas. Voici quelques signes comportementaux courants associés à la dépendance à l’eszopiclone :

  1. Essayer d’obtenir des ordonnances de Lunesta auprès de plusieurs médecins différents, ce que l’on appelle le « doctor shopping » ou « nomadisme médical ».
  2. Prendre du Lunesta à des doses plus élevées, plus fréquemment ou à plus long terme que ce que le médecin a prescrit.
  3. Tenter de se procurer du Lunesta par tous les moyens, y compris en le volant à des proches ou en l’achetant dans la rue.
  4. Négliger ses responsabilités à la maison, à l’école ou au travail.
  5. Prendre du Lunesta à des fins récréatives, notamment en essayant de rester éveillé après l’avoir pris et en le mélangeant à d’autres substances comme l’alcool et les opioïdes.
  6. Continuer à prendre du Lunesta malgré ses effets négatifs sur la qualité de vie.
  7. Ne pas parvenir à arrêter de prendre du Lunesta et présenter des symptômes de manque lors des tentatives d’arrêt.

La dépendance se présente sous des formes différentes, et les symptômes et signes précis qu’une personne présente seront propres à l’individu. Si vous ou l’un de vos proches présentez l’un des symptômes ci-dessus à la suite d’une utilisation prolongée de Lunesta, vous pouvez obtenir de l’aide.

Pour obtenir de l’aide et gérer les symptômes de la dépendance au Lunesta, contactez-nous dès aujourd’hui pour une consultation en ligne gratuite >>>

Overdose d’eszopiclone (Lunesta)

L’overdose (prise d’une dose trop importante pour que le corps puisse la traiter) est le risque le plus dangereux associé à la dépendance au Lunesta et à son abus. À mesure que la tolérance augmente et qu’il faut prendre des doses de plus en plus élevées pour produire les mêmes effets relaxants, le danger augmente également.

Le risque d’overdose augmente de façon exponentielle lorsque le Lunesta est mélangé à d’autres substances comme l’alcool, les benzodiazépines et les opioïdes. Ces substances peuvent interagir avec le Lunesta et intensifier les effets secondaires au point de provoquer une dépression extrême du système nerveux central. On a rapporté plusieurs cas de mélanges de telles substances ayant eu des conséquences fatales. Voici quelques signes d’overdose de Lunesta à surveiller :

  • Maux de tête et nausées
  • Fonction respiratoire sévèrement réduite
  • Somnolence intense et confusion mentale
  • Perte de conscience
  • Ralentissement du rythme cardiaque
  • Coma
  • Décès

Le Lunesta ne doit être pris qu’aux doses recommandées, car le risque d’overdose augmente avec la quantité. Même ceux qui prennent du Lunesta à plus petite dose s’exposent au risque d’overdose s’ils le mélangent à d’autres substances. C’est pourquoi l’eszopiclone ne doit jamais être associée à d’autres médicaments, à des drogues récréatives ou à l’alcool sans l’approbation d’un professionnel de la santé. Si vous pensez que vous ou un proche faites une surdose d’eszopiclone, contactez immédiatement les services médicaux d’urgence.

Traitement de la dépendance à l’eszopiclone (Lunesta)

Les symptômes de sevrage de l’eszopiclone peuvent être très difficiles à gérer et provoquent souvent des rechutes chez les utilisateurs. C’est pourquoi de nombreuses personnes choisissent de suivre une désintoxication sous surveillance médicale dans le cadre d’un traitement en milieu hospitalier. Suivre une désintoxication sous la supervision d’experts médicaux permet non seulement d’éviter les rechutes, mais aussi de rendre le processus plus confortable. De plus, le traitement en milieu hospitalier offre au patient un accès à des ressources qui peuvent l’aider à ne pas consommer de Lunesta longtemps après la désintoxication.

Un expert médical aide un patient en traitement de la dépendance au Lunesta pendant la désintoxication.

La désintoxication peut inclure une réduction progressive des doses au fil du temps, ce qui contribuera à rendre le processus plus sûr et plus confortable en prévenant les pires symptômes de sevrage. Pendant et après le processus de désintoxication, une thérapie mentale de la dépendance peut aussi être mise en œuvre pour aider le patient à résoudre tout problème sous-jacent ayant contribué à son abus du médicament. 

Le traitement de la dépendance mentale peut comprendre plusieurs types de thérapie, notamment la thérapie comportementale et la thérapie de groupe. Le traitement en milieu hospitalier aide aussi les patients à s’informer sur la dépendance et à créer de meilleurs mécanismes d’adaptation. En abordant les problèmes sous-jacents, le patient peut apprendre des moyens plus sains de traiter son insomnie, le cas échéant. La durée de la désintoxication et du traitement varie en fonction de l’individu et de facteurs tels que la gravité de la dépendance, l’état de santé général et les systèmes de soutien existants.

Traiter les problèmes sous-jacents est essentiel dans la lutte contre la dépendance. Un traitement à long terme de ce type peut inclure des groupes de soutien, des séances régulières avec un conseiller et un effort continu pour gérer l’insomnie sans Lunesta. Tous ces efforts peuvent aider le patient à se débarrasser définitivement de sa dépendance au Lunesta et à vivre pleinement sa vie.

Nous sommes là pour vous aider. Obtenez une consultation en ligne gratuite pour en savoir plus sur les options de traitement de la dépendance au Lunesta et discutez des résultats possibles avec un expert de la clinique >>>

Questions fréquemment posées 

Pourquoi l’eszopiclone (Lunesta) crée-t-elle une dépendance ?

Si le Lunesta est pris à des doses plus élevées, pendant des périodes plus longues ou plus fréquemment que prescrit, l’utilisateur peut développer une tolérance au médicament, ce qui signifie qu’il doit prendre des doses progressivement plus élevées pour ressentir les mêmes effets. Cela peut conduire à une dépendance au médicament au fil du temps, car le corps commence à compter sur le Lunesta pour fonctionner normalement. Si la dépendance n’est pas traitée, une addiction peut se former. Les personnes qui utilisent le Lunesta à des fins récréatives ou avec d’autres substances risquent aussi de développer une dépendance.

Quels sont les signes et symptômes de la dépendance à l’eszopiclone (Lunesta) ?

La dépendance à l’eszopiclone peut entraîner des symptômes physiques inconfortables dépassant le cadre des effets secondaires normaux, notamment des troubles de la mémoire, de la dépression et de l’anxiété, des hallucinations, de la fatigue, des maux de tête, etc. La dépendance au médicament peut aussi entraîner des comportements inhabituels, notamment le « nomadisme médical », le fait de négliger ses responsabilités, de prendre des quantités de Lunesta plus élevées que celles prescrites, ou de continuer à prendre du Lunesta malgré ses effets négatifs sur la qualité de vie. Un des risques les plus graves associés à l’abus de Lunesta est la possibilité d’une overdose, qui se manifeste par un ralentissement de la respiration, une somnolence intense, une confusion mentale, un ralentissement du rythme cardiaque et une perte de conscience.

Comment puis-je arrêter de prendre de l’eszopiclone (Lunesta) ?

Pour bénéficier du meilleur soutien possible et avoir les meilleures chances de prévenir les rechutes, de nombreuses personnes souffrant d’une dépendance au Lunesta choisissent de suivre une désintoxication sous surveillance médicale dans un centre de traitement interne. Cela permet de rendre la désintoxication plus sûre et plus confortable, et facilite le maintien du sevrage. Pendant et après le traitement, une thérapie et une formation concernant la dépendance (et, le cas échéant, l’insomnie) peuvent être recommandées afin de fournir un soutien continu et de donner au patient les meilleures chances de réussite dans sa lutte contre la dépendance.

Publié le septembre 10, 2021
par l’équipe de la Clinique Dr Vorobjev

Clinique pour les dépendances Dr Vorobjev

Le contrôle de votre vie et des attentes réelles de vos défis quotidiens sont essentiels pour réduire le stress.

— Josh Billings

Derniers articles du blog

  • Désintoxication à l’héroïne – Reprenez le contrôle de votre vie!

    Désintoxication à l’héroïne – Reprenez le contrôle de votre vie!

    La désintoxication à l’héroïne est une étape très importante dans le traitement des toxicomanes. L’héroïne est la plus ancienne substance psychoactive connue. Même les Sumériens consommaient du pavot, à partir duquel est obtenue l’héroïne. L’effet initial qu’elle procure est indiqué par son nom lui-même, qui littéralement en leur langue signifie “bonheur”. Le pouvoir magique du

    Lire plus
  • Dépendance à Internet – Une maladie des temps modernes

    Dépendance à Internet – Une maladie des temps modernes

    La dépendance à Internet est une maladie des temps modernes. Le XXIème siècle est caractérisé par les téléphones portables, Internet et les réseaux sociaux. Certes, ils nous ont beaucoup facilités la vie. En un seul clic, nous pouvons trouver les informations dont nous avons besoin. Nous effectuons maintenant nos tâches professionnelles même en dehors du

    Lire plus
Call Now Button